Nouvelles recettes

Spaghettis à la milanaise

Spaghettis à la milanaise

Rapide, savoureux et facile à cuisiner!

  • 400 g de spaghettis
  • 400 gr de champignons frais
  • 300g de jambon
  • 2 enveloppes Maggi Idée du Jour Spaghetti Milanese
  • 4 grosses tomates
  • sel et poivre
  • persil vert haché

Portions : 4

Temps de préparation: Moins de 30 minutes

PRÉPARATION DE LA RECETTE Spaghetti milanais :

Les pâtes sont bouillies al dente, puis égouttées.

Avant de cuire les pâtes, nous devons préparer la sauce.

Les champignons coupés en fines tranches sont durcis dans un peu d'huile, ajoutez à côté d'eux les tomates coupées en petits cubes. Lorsque les champignons sont presque prêts, ajoutez le jambon tranché. Le mélange des sachets est dissous dans 600 ml d'eau et verser sur les champignons et faire bouillir 10-12 min.

Les pâtes bouillies et égouttées sont ajoutées à la sauce ou peuvent être mises sur l'assiette et verser la sauce dessus.Parsemer de persil vert haché sur le dessus.


Contenu

La cuisine italienne s'est développée au fil des siècles. Bien que le pays connu sous le nom d'Italie ne se soit uni qu'au 19ème siècle, la cuisine peut revendiquer des racines traçables aussi loin que le 4ème siècle avant JC. La nourriture et la culture étaient très importantes à cette époque comme le montre le livre de cuisine (Apicius) qui date du premier siècle avant JC. [14] À travers les siècles, les régions voisines, les conquérants, les grands chefs, les bouleversements politiques et la découverte du Nouveau Monde ont influencé son développement. La cuisine italienne a commencé à se former après la chute de l'Empire romain lorsque différentes villes ont commencé à se séparer et à former leurs propres traditions. De nombreux types de pain et de pâtes étaient fabriqués, et il y avait une variation dans les techniques de cuisson et la préparation.

Le pays a ensuite été longtemps divisé et influencé par les pays voisins tels que l'Espagne, la France et l'Europe centrale. Ceci et le commerce ou l'emplacement sur la route de la soie avec ses routes vers l'Asie ont influencé le développement local de plats spéciaux. En raison des conditions climatiques et de la proximité différente de la mer, différents aliments de base et épices étaient disponibles d'une région à l'autre. La cuisine régionale est représentée par certaines des grandes villes d'Italie. Par exemple, Milan (au nord de l'Italie) est connue pour ses risottos, Trieste (au nord-est de l'Italie) est connue pour sa cuisine multiculturelle, Bologne (le centre / centre du pays) est connue pour ses tortellini et Naples (le sud) est célèbre pour ses pizzas. [15] Un bon exemple est les spaghettis bien connus où l'on pense qu'ils se sont répandus à travers l'Afrique jusqu'en Sicile, puis jusqu'à Naples. [16] [17]

Antiquité Modifier

Le premier écrivain culinaire italien connu était un sicilien grec nommé Archestrate de Syracuse au 4ème siècle avant JC. Il a écrit un poème qui parlait d'utiliser des ingrédients "de qualité supérieure et de saison". Il a dit que les saveurs ne devraient pas être masquées par des épices, des herbes ou d'autres assaisonnements. Il accordait de l'importance à la préparation simple du poisson. [18]

La simplicité a été abandonnée et remplacée par une culture de la gastronomie au fur et à mesure que l'Empire romain se développait. Par le temps De re coquinaria a été publié au 1er siècle après JC, il contenait 470 recettes appelant à un usage intensif d'épices et d'herbes. Les Romains employaient des boulangers grecs pour produire des pains et des fromages importés de Sicile, car les Siciliens avaient la réputation d'être les meilleurs fromagers. Les Romains élevaient des chèvres pour la boucherie et cultivaient des artichauts et des poireaux. [18]

Moyen Âge Modifier

Avec les traditions culinaires de Rome et d'Athènes, une cuisine développée en Sicile que certains considèrent comme la première vraie cuisine italienne. [ citation requise ] Les Arabes ont envahi la Sicile au 9ème siècle, introduisant les épinards, les amandes et le riz. [19] Au XIIe siècle, un roi normand arpenta la Sicile et vit des gens fabriquer de longues ficelles à base de farine et d'eau appelées atriy, qui est finalement devenu Ministres, un terme encore utilisé pour les spaghettis dans le sud de l'Italie. [20] Les Normands ont également introduit la casserole, la morue salée (baccalà) et le stockfish, qui restent tous populaires. [21]

La conservation des aliments était soit chimique, soit physique, car la réfrigération n'existait pas. Les viandes et les poissons étaient fumés, séchés ou conservés sur glace. La saumure et le sel étaient utilisés pour mariner des aliments tels que le hareng et pour traiter le porc. Les légumes racines étaient conservés en saumure après avoir été étuvés. D'autres moyens de conservation comprenaient l'huile, le vinaigre ou l'immersion de la viande dans de la graisse fondue congelée. Pour conserver les fruits, on utilisait de l'alcool, du miel et du sucre. [22]

Les régions du nord de l'Italie présentent un mélange de culture germanique et romaine tandis que le sud reflète l'influence arabe [19], dans la mesure où la cuisine méditerranéenne s'est propagée par le commerce arabe. [23] Le plus ancien livre italien sur la cuisine date du XIIIe siècle Sans coquina écrit à Naples. Les plats comprennent du chou "à la romaine" (ad usum romanorum), campagne publicitaire qui étaient des "petites feuilles" préparées à la "façon campanienne", un plat de haricots de la Marca di Trevisio, un torche, compositum londardicum qui ressemblent aux plats préparés aujourd'hui. Deux autres livres du XIVe siècle contiennent des recettes de romans pastel, tarte aux lasagnes, et appelez à l'utilisation de sel de Sardaigne ou de Chioggia. [24]

Au XVe siècle, Maestro Martino était chef du patriarche d'Aquilée au Vatican. Le sien Livre d'art Coquinaria décrit une cuisine plus raffinée et élégante. Son livre contient une recette de Maccaroni à la Sicilienne, fabriqué en enroulant de la pâte autour d'une fine tige de fer pour sécher au soleil. Les macaronis étaient cuits dans un bouillon de chapon parfumé au safran, affichant des influences persanes. Il convient de noter en particulier l'évitement de Martino des épices excessives en faveur des herbes fraîches. [21] Les recettes romaines comprennent des couples (salami séché à l'air) et plats de chou. Ses plats florentins comprennent des œufs avec Gâteau bolognaise, gâteau siennois et des recettes génoises telles que poivré (bonbons), macaroni, courge, champignons et tarte aux épinards avec oignons. [25]

Le texte de Martino a été inclus dans un livre de 1475 de Bartolomeo Platina imprimé à Venise intitulé Dehonneta voluptate et valetudine ("Sur le plaisir honnête et la bonne santé"). Platina replace le "Libro" de Martino dans un contexte régional, écrivant sur la perche du lac Majeur, les sardines du lac de Garde, l'ombre d'Adda, les poules de Padoue, les olives de Bologne et de Piceno, le turbot de Ravenne, le rotengle du lac Trasimène, les carottes de Viterbe, le bar du Tibre, roviglioni et alose du lac d'Albano, escargots de Rieti, figues de Tuscolo, raisins de Narni, huile de Cassino, oranges de Naples et anguilles de Campanie. Les céréales de Lombardie et de Campanie sont mentionnées ainsi que le miel de Sicile et de Tarente. Le vin de la côte ligure, le Greco de Toscane et de San Severino, et le Trebbiano de Toscane et Piceno sont également mentionnés dans le livre. [26]

Début de l'ère moderne Modifier

Les cours de Florence, Rome, Venise et Ferrare étaient au cœur de la cuisine. Cristoforo di Messisbugo, intendant d'Ippolito d'Este, publié Banquets Compositions Alimentaires en 1549. Messisbugo donne des recettes de tartes et tartes (contenant 124 recettes avec diverses garnitures). Le travail met l'accent sur l'utilisation d'épices orientales et de sucre. [27]

En 1570, Bartolomeo Scappi, chef personnel du pape Pie V, écrivit son Opéra en cinq volumes, donnant une vue complète de la cuisine italienne de cette période. Il contient plus de 1 000 recettes, avec des informations sur les banquets, notamment des présentoirs et des menus, ainsi que des illustrations d'ustensiles de cuisine et de table. Ce livre diffère de la plupart des livres écrits pour les cours royales par sa préférence pour les animaux domestiques et les oiseaux de cour plutôt que pour le gibier.

Les recettes comprennent des coupes de viandes moindres telles que la langue, la tête et l'épaule. Le troisième volume contient des recettes de poisson pendant le Carême. Ces recettes de poisson sont simples, y compris le braconnage, le grillage, le grillage et la friture après la marinade.

Une attention particulière est accordée aux saisons et aux endroits où le poisson doit être pêché. Le dernier volume comprend des tartes, des tartes, des beignets et une recette de pizza napolitaine sucrée (pas la version salée actuelle, car les tomates n'avaient pas encore été introduites en Italie). Cependant, des articles du Nouveau Monde comme le maïs (maïs) et la dinde sont inclus. [28]

Dans la première décennie du XVIIe siècle, Giacomo Castelvetro a écrit Brève histoire de toutes les racines de toutes les herbes et de tous les fruits (Un bref compte rendu de toutes les racines, herbes et fruits), traduit en anglais par Gillian Riley. Originaire de Modène, Castelvetro a déménagé en Angleterre parce qu'il était protestant. Le livre répertorie les légumes et les fruits italiens ainsi que leur préparation. Il a présenté les légumes comme une partie centrale du repas, pas seulement comme accompagnement. [28] Castelvetro préférait faire mijoter les légumes dans de l'eau salée et les servir tièdes ou froids avec de l'huile d'olive, du sel, du poivre frais moulu, du jus de citron, du verjus ou du jus d'orange. Il a également suggéré de rôtir des légumes enveloppés dans du papier humide sur du charbon de bois ou des braises avec un filet d'huile d'olive. Le livre de Castelvetro est divisé en saisons avec des pousses de houblon au printemps et des truffes en hiver, détaillant l'utilisation des porcs dans la recherche de truffes. [28]

En 1662, Bartolomeo Stefani, chef du duché de Mantoue, publie L'art de bien cuisiner (Anglais : 'L'Art de bien cuisiner'). Il a été le premier à proposer une section sur nourriture ordinaire ("nourriture ordinaire"). Le livre décrivait un banquet donné par le duc Charles pour la reine Christine de Suède, avec des détails sur la nourriture et la table pour chaque invité, y compris un couteau, une fourchette, une cuillère, un verre, une assiette (au lieu des bols plus souvent utilisés), et une serviette. [29]

D'autres livres de cette époque, comme Galathéo de Giovanni della Casa, racontez comment coups de pied (« serveurs ») doivent se débrouiller tout en servant leurs invités. Les serveurs ne doivent pas se gratter la tête ou d'autres parties d'eux-mêmes, ni cracher, renifler, tousser ou éternuer en servant les convives. Le livre disait également aux convives de ne pas utiliser leurs doigts en mangeant et de ne pas essuyer la sueur avec leur serviette. [29]

Ère moderne Modifier

Au début du XVIIIe siècle, les livres de cuisine italienne ont commencé à mettre l'accent sur le régionalisme de la cuisine italienne plutôt que sur la cuisine française. Les livres écrits alors ne s'adressent plus à des cuisiniers professionnels mais à des ménagères bourgeoises. [30] Périodiques sous forme de livrets tels que Le cuisinier crémonais (Le cuisinier de Crémone) en 1794 donnent une séquence d'ingrédients selon la saison ainsi que des chapitres sur la viande, le poisson et les légumes. Au fil du siècle, ces livres ont augmenté en taille, en popularité et en fréquence. [31]

Au XVIIIe siècle, des textes médicaux mettaient en garde les paysans contre la consommation d'aliments raffinés, car on croyait qu'ils étaient mauvais pour leur digestion et que leur corps nécessitait des repas copieux. Certains croyaient que les paysans mangeaient mal parce qu'ils préféraient mal manger. Cependant, de nombreux paysans devaient manger de la nourriture pourrie et du pain moisi parce que c'était tout ce qu'ils pouvaient se permettre. [32]

En 1779, Antonio Nebbia de Macerata dans la région des Marches écrivait Le Chef Macérata (Le cuisinier de Macerata). Nebbia a parlé de l'importance des légumes et des pâtes locaux, du riz et des gnocchis. Pour le bouillon, il préférait les légumes et le poulet aux autres viandes.

En 1773, le napolitain Vincenzo Corrado Le chef galant (Le cuisinier courtois) a accordé une importance particulière à và Pythagore (la nourriture végétarienne). "La nourriture pythagoricienne se compose d'herbes fraîches, de racines, de fleurs, de fruits, de graines et de tout ce qui est produit dans la terre pour notre alimentation. Elle est ainsi appelée parce que Pythagore, comme on le sait, n'utilisait que de tels produits. Il ne fait aucun doute que cela Ce genre de nourriture semble être plus naturel pour l'homme, et l'utilisation de la viande est nocive." Ce livre a été le premier à donner à la tomate une place centrale avec treize recettes.

Soupe à la tomate dans le livre de Corrado est un plat similaire au pappa al pomodoro toscan d'aujourd'hui. L'édition de 1798 de Corrado a introduit un "Traité sur la pomme de terre" après la promotion réussie du tubercule par le Français Antoine-Augustin Parmentier. [34] En 1790, Francesco Leonardi dans son livre L'Apicio moderne ("Modern Apicius") esquisse une histoire de la cuisine italienne de l'époque romaine et donne d'abord une recette d'une sauce à base de tomate. [35]

Au XIXe siècle, Giovanni Vialardi, chef du roi Victor Emmanuel, écrivait Traité de cuisine et de pâtisserie modernes avec des recettes « adaptées à un ménage modeste ». Beaucoup de ses recettes sont pour des plats régionaux de Turin dont douze pour les pommes de terre telles que Cappon Magro génois. En 1829, Le nouveau chef milanais pas cher de Giovanni Felice Luraschi a présenté des plats milanais tels que des rognons aux anchois et au citron et des gnocchis alla Romana. Chez Gian Battista et Giovanni Ratto Cuisine génoise en 1871 a abordé la cuisine de la Ligurie. Ce livre contenait la première recette de pesto. Cuisine Théorique-Pratique écrit par Ippolito Cavalcanti décrit la première recette de pâtes aux tomates. [36]

La science en cuisine et l'art de bien manger (La science de la cuisine et l'art de bien manger), de Pellegrino Artusi, publié pour la première fois en 1891, est largement considéré comme le canon de la cuisine italienne moderne classique, et il est toujours sous presse. Ses recettes proviennent principalement de la Romagne et de la Toscane, où il a vécu.

La cuisine italienne a une grande variété d'ingrédients différents qui sont couramment utilisés, allant des fruits, légumes, sauces, viandes, etc. Dans le nord de l'Italie, le poisson (comme la morue ou le baccalà), les pommes de terre, le riz, le maïs (maïs), les saucisses, le porc et différents types de fromages sont les ingrédients les plus courants. Les plats de pâtes à base de tomates sont répandus dans toute l'Italie. [37] [38] Les Italiens aiment leurs ingrédients frais et subtilement assaisonnés et épicés. [39]

Dans le nord de l'Italie, bien qu'il existe de nombreuses sortes de pâtes farcies, la polenta et le risotto sont tout aussi populaires sinon plus. [40] Les ingrédients ligures comprennent plusieurs types de plats de poisson et de fruits de mer. Le basilic (que l'on trouve dans le pesto), les noix et l'huile d'olive sont très courants. En Émilie-Romagne, les ingrédients courants comprennent le jambon (jambon), la saucisse (cotechino), différentes sortes de salami, les truffes, les céréales, le Parmigiano-Reggiano et les tomates (sauce bolognaise ou ragù).

La cuisine traditionnelle d'Italie centrale utilise des ingrédients tels que des tomates, toutes sortes de viandes, de poissons et de fromage pecorino. En Toscane, les pâtes (surtout les pappardelles) sont traditionnellement servies avec une sauce à la viande (y compris la viande de gibier). Dans le sud de l'Italie, les tomates (fraîches ou cuites dans une sauce tomate), les poivrons, les olives et l'huile d'olive, l'ail, les artichauts, les oranges, la ricotta, les aubergines, les courgettes, certains types de poissons (anchois, sardines et thon) et les câpres sont importants composants de la cuisine locale.

La cuisine italienne est également bien connue (et bien considérée) pour son utilisation d'une grande variété de pâtes. Les pâtes comprennent des nouilles de différentes longueurs, largeurs et formes. La plupart des pâtes se distinguent par les formes pour lesquelles elles sont nommées - penne, maccheroni, spaghetti, linguine, fusilli, lasagne et bien d'autres variétés remplies d'autres ingrédients comme les raviolis et les tortellini.

Le mot pâtes est également utilisé pour désigner des plats dans lesquels les pâtes sont un ingrédient principal. Il est généralement servi avec de la sauce. Il existe des centaines de formes différentes de pâtes avec des noms au moins reconnus localement.

Les exemples incluent les spaghettis (tiges minces), les rigatoni (tubes ou cylindres), les fusilli (tourbillons) et les lasagnes (feuilles). Les boulettes, comme les gnocchis (à base de pommes de terre ou de citrouille) et les nouilles comme les spätzle, sont parfois considérées comme des pâtes. Ils sont tous deux traditionnels dans certaines parties de l'Italie.

Les pâtes sont classées en deux styles de base : séchées et fraîches. Les pâtes sèches sans œufs peuvent être conservées jusqu'à deux ans dans des conditions idéales, tandis que les pâtes fraîches se conservent quelques jours au réfrigérateur. Les pâtes sont généralement cuites par ébullition. En vertu de la loi italienne, les pâtes sèches (pasta secca) ne peuvent être fabriquées qu'à partir de farine de blé dur ou de semoule de blé dur, et sont plus couramment utilisées dans le sud de l'Italie que leurs homologues du nord, qui préfèrent traditionnellement la variété aux œufs frais.

La farine de blé dur et la semoule de blé dur ont une teinte jaune. Les pâtes italiennes sont cuites traditionnellement al dente (Italien: ferme à la morsure, ce qui signifie pas trop mou). En dehors de l'Italie, les pâtes sèches sont souvent fabriquées à partir d'autres types de farine, mais cela donne un produit plus doux. Il existe de nombreux types de farine de blé avec des niveaux de gluten et de protéines variables selon la variété de grain utilisée.

Certaines variétés de pâtes peuvent également utiliser d'autres céréales et méthodes de mouture pour fabriquer la farine, comme spécifié par la loi. Certaines variétés de pâtes, comme les pizzoccheri, sont fabriquées à partir de farine de sarrasin. Les pâtes fraîches peuvent contenir des œufs (pâtes aux œufs « pâtes aux œufs »). Les pâtes de blé entier sont devenues de plus en plus populaires en raison de leurs prétendus bienfaits pour la santé par rapport aux pâtes à base de farine raffinée.

Chaque région a ses propres spécialités, principalement au niveau régional, mais aussi au niveau provincial. Les différences peuvent venir d'un pays frontalier (comme la France ou l'Autriche), si une région est proche de la mer ou des montagnes, et de l'économie. [42] La cuisine italienne est également saisonnière avec la priorité placée sur l'utilisation de produits frais. [43] [44]

Abruzzes et Molise Modifier

Les pâtes, la viande et les légumes sont au cœur de la cuisine des Abruzzes et du Molise. Piments (piments) sont typiques des Abruzzes, où ils sont appelés les diables ("petits diables") pour leur chaleur épicée. En raison de la longue histoire du berger dans les Abruzzes et le Molise, les plats d'agneau sont courants. L'agneau est souvent accompagné de pâtes. [45] Les champignons (généralement des champignons sauvages), le romarin et l'ail sont aussi largement utilisés dans la cuisine des Abruzzes.

La plus connue est l'huile d'olive extra vierge produite dans les fermes locales sur les collines de la région, marquée par le niveau de qualité DOP et considérée comme l'une des meilleures du pays. [46] Des vins renommés comme Montepulciano DOCG et Trebbiano d'Abruzzo DOC sont considérés parmi les meilleurs vins du monde. [47] En 2012, une bouteille de Trebbiano d'Abruzzo Colline Teramane s'est classée n ° 1 dans le top 50 des vins italiens. [48] Centrebe (« Hundred Herbs ») est une liqueur aux herbes forte (72 % d'alcool) et épicée bue par les locaux. Une autre liqueur est Gentiane, un doux distillat de racines de gentiane.

Le plat le plus connu des Abruzzes est arrosticini, petits morceaux d'agneau castré sur un bâton en bois et cuits sur des charbons. Le guitare (littéralement « guitare ») est un outil à fines cordes dans lequel la pâte à pâtes est pressée pour la couper. Dans la province de Teramo, les plats locaux célèbres incluent le vertu soupe (à base de légumineuses, de légumes et de viande de porc), la timbale (feuilles de pâtes farcies de viande, de légumes ou de riz), et le mazzarelle (intestins d'agneau remplis d'ail, marjolaine, laitue et diverses épices). La popularité du safran, cultivé dans la province de L'Aquila, a diminué ces dernières années. [45] Le plat le plus célèbre du Molise est météo à cavatelli, une forme longue, faite à la main macaroni-type pâtes à base de farine, de semoule et d'eau, souvent servies avec une sauce à la viande, du brocoli ou des champignons. Les biscuits pizzelle sont un dessert courant, surtout autour de Noël.

Pouilles Modifier

Les Pouilles sont un énorme producteur alimentaire : la production principale comprend le blé, les tomates, les courgettes, le brocoli, les poivrons, les pommes de terre, les épinards, les aubergines, le chou-fleur, le fenouil, les endives, les pois chiches, les lentilles, les haricots et le fromage (comme le traditionnel caciocavallo fromage). Les Pouilles sont également le plus grand producteur d'huile d'olive en Italie. La mer regorge de poissons et de fruits de mer largement utilisés dans la cuisine régionale, notamment les huîtres et les moules.

La chèvre et l'agneau sont parfois utilisés. [49] La région est connue pour les pâtes à base de blé dur et les plats de pâtes traditionnels comportant orecchiette-type pâtes, souvent servies avec de la sauce tomate, des pommes de terre, des moules ou du brocoli rabe. Les pâtes aux tomates cerises et à la roquette sont également populaires. [50]

Les desserts régionaux comprennent zeppola, beignets généralement garnis de sucre en poudre et fourrés de crème pâtissière, de gelée, de crème pâtissière à la cannoli ou d'un mélange de beurre et de miel. Pour Noël, les Pouilles préparent une pâtisserie très traditionnelle en forme de rose appelée cartellate. Ceux-ci sont frits et trempés dans vin cuit, qui est soit une réduction de vin ou de jus de figue.

Basilicate Modifier

La cuisine de la Basilicate est principalement basée sur des ingrédients bon marché et profondément ancrée dans les traditions rurales.

Le porc fait partie intégrante de la cuisine régionale, souvent transformé en saucisses ou rôti à la broche. Les célèbres saucisses sèches de la région sont la lucanica et la soppressata. Le sanglier, le mouton et l'agneau sont également populaires. Les sauces pour pâtes sont généralement à base de viandes ou de légumes. La région produit des fromages comme le Pecorino di Filiano, le Canestrato di Moliterno, le Pallone di Gravina et le Paddraccio et des huiles d'olive comme le Vautour. [51]

Le poivre cru, (ou alors poivre crusco) est un aliment de base de la cuisine locale, à définir comme « L'or rouge de la Basilicate ». [52] Il est consommé comme collation ou comme ingrédient principal de plusieurs recettes régionales. [53]

Parmi les plats traditionnels figurent pâtes aux poivrons crus, pâtes servies avec du poivre séché croquant, de la chapelure et du fromage râpé [54] lagane et pois chiches, aussi connu sous le nom plat de brigand (plat de brigand), pâtes préparées avec des pois chiches et des tomates pelées [55] tumacë moi tulë, tagliatelle-plat de la culture Arbëreshe rafanata, une sorte d'omelette au raifort ciaudedda, un ragoût de légumes aux artichauts, pommes de terre, fèves et pancetta [56] et le baccala alla lucana, l'une des rares recettes à base de poisson. Les desserts comprennent taralli dolci, à base de glaçage au sucre et parfumé à l'anis et slip, viennoiseries poêlées fourrées d'une crème de marrons et chocolat.

Le vin le plus célèbre de la région est l'Aglianico del Vulture, d'autres incluent Matera, Terre dell'Alta Val d'Agri et Grottino di Roccanova. [57]

La Basilicate est également connue pour ses eaux minérales qui sont largement vendues en Italie. Les sources sont principalement situées dans le bassin volcanique de la région des Vautours. [58]

Calabre Modifier

En Calabre, l'histoire de la domination française sous la Maison d'Anjou et de Napoléon, ainsi que des influences espagnoles, ont affecté la langue et les compétences culinaires, comme en témoignent la dénomination de choses telles que le gâteau, chat, du français gâteau. Les fruits de mer comprennent l'espadon, les crevettes, le homard, les oursins et les calmars. Les pâtes de type macaroni sont largement utilisées dans les plats régionaux, souvent servies avec une sauce au chèvre, au bœuf ou au porc et salées ricotta. [59]

Les plats principaux comprennent beignets (préparé en faisant bouillir de la couenne de porc, de la viande et des parures dans de la graisse de porc), différentes variétés de saucisses épicées (comme Nduja et Capicola), de chèvre et d'escargots terrestres. Le melon et la pastèque sont traditionnellement servis dans une salade de fruits frais ou enveloppés dans du jambon. [60] Les vins calabrais comprennent le Greco di Bianco, le Bivongi, le Cirò, le Dominici, le Lamezia, le Melissa, le Pollino, le Sant'Anna di Isola Capo Rizzuto, le San Vito di Luzzi, le Savuto, le Scavigna et le Verbicaro.

La pizza calabraise a une structure à base napolitaine avec une sauce tomate fraîche et une base de fromage, mais elle est unique en raison de sa saveur épicée. Certains des ingrédients inclus dans une pizza calabraise sont de la soppressata chaude en fines tranches, de la capicola chaude, des piments forts et de la mozzarella fraîche.

Campanie Modifier

La Campanie produit abondamment des tomates, des poivrons, des oignons nouveaux, des pommes de terre, des artichauts, du fenouil, des citrons et des oranges qui prennent tous la saveur du sol volcanique. Le golfe de Naples offre du poisson et des fruits de mer. La Campanie est l'un des plus grands producteurs et consommateurs de pâtes en Italie, en particulier de spaghettis. Dans la cuisine régionale, les pâtes sont préparées dans différents styles pouvant contenir de la sauce tomate, du fromage, des palourdes et des crustacés. [61]

Spaghetti alla puttanesca est un plat populaire à base d'olives, de tomates, d'anchois, de câpres, de piments et d'ail. La région est également connue pour ses mozzarella production (en particulier à partir du lait de buffle d'eau) qui est utilisé dans une variété de plats, y compris parmigiana (tranches d'aubergines frites peu profondes recouvertes de fromage et de sauce tomate, puis cuites au four). Les desserts comprennent struffoli (boulettes de pâte frites), ricotta-basé pastiera et sfogliatelle, et trempé dans le rhum vieille femme. [61]

Originaire de la cuisine napolitaine, la pizza est devenue populaire dans de nombreuses régions du monde. [62] La pizza est un pain plat, en forme de disque, cuit au four, généralement garni d'une sauce tomate, de fromage (généralement de la mozzarella) et de diverses garnitures selon la culture. Depuis la pizza originale, plusieurs autres types de pizzas ont évolué.

Étant donné que Naples était la capitale du Royaume des Deux-Siciles, sa cuisine s'inspire beaucoup des traditions culinaires de toute la région de Campanie, atteignant un équilibre entre des plats à base d'ingrédients ruraux (pâtes, légumes, fromage) et des plats de fruits de mer (poisson, crustacés, mollusques). Une grande variété de recettes est influencée par la cuisine aristocratique locale, comme timbale et Sauce au riz, des plats de pâtes ou de riz avec une préparation très élaborée, tandis que les plats issus des traditions populaires contiennent des ingrédients peu coûteux mais nutritionnellement sains, comme les pâtes aux haricots et autres plats de pâtes aux légumes.

Émilie-Romagne Modifier

L'Émilie-Romagne est surtout connue pour ses pâtes aux œufs et farcies à base de farine de blé tendre. La sous-région de la Romagne est réputée pour ses plats de pâtes comme Chapeaux, garganelli, strozzapreti, navigation brute, et tortelli alla platera [fr] ainsi que des fromages tels que squacquerone , les snacks Piadina sont également une spécialité de la sous-région.

Bologne et Modène sont remarquables pour les plats de pâtes comme tortellinis, lasagne, de l'herbe et tagliatelles qui se trouvent également dans de nombreuses autres parties de la région dans différentes déclinaisons, tandis que Ferrare est connue pour chapeaux de citrouille, des boulettes de potiron et Piacenza pour Pisarei e faśö, gnocchis de blé aux haricots et au saindoux. Le célèbre vinaigre balsamique est fabriqué uniquement dans les villes émiliennes de Modène et Reggio Emilia, selon des procédures traditionnelles juridiquement contraignantes. [63]

Dans la sous-région d'Émilie, à l'exception de Plaisance qui est fortement influencée par les cuisines de la Lombardie, le riz est consommé dans une moindre mesure que le reste de l'Italie du Nord. Polenta, un plat d'accompagnement à base de maïs, est commun en Émilie et en Romagne.

Le fromage Parmigiano Reggiano est produit à Reggio Emilia (également connu pour cannabis, une sorte de quiche aux œufs et légumes), Parme, Modène et Bologne et est souvent utilisé en cuisine. Le fromage Grana Padano est produit à Plaisance.

Bien que la côte adriatique soit une zone de pêche importante (bien connue pour ses anguilles et ses palourdes récoltées dans la lagune de Comacchio), la région est plus célèbre pour ses produits à base de viande, notamment à base de porc, qui comprennent de la charcuterie comme celle de Parme. prosciutto, culatello, et Salami félin [it] Plaisance lard, tasse, et salami Bologna's mortadelle et salami rose Zampone Modène [fr] , cotechino, et chapeau de prêtre [fr] et de Ferrare sauce salami [fr] . Plaisance est également connue pour certains plats préparés avec de la viande de cheval et d'âne. Les desserts régionaux comprennent soupe anglaise (dessert à base de crème anglaise à base de génoise et liqueur d'Alchermes),panpépato (Gâteau de Noël à base de poivre, chocolat, épices et amandes), tenerina (beurre et gâteau au chocolat) et gâteau de décoration (riz et gâteau au lait).

Frioul-Vénétie Julienne Modifier

Le Frioul-Vénétie Julienne a conservé, dans sa cuisine, les liens historiques avec l'Autriche-Hongrie. Udine et Pordenone, dans la partie ouest du Frioul, sont connues pour leur jambon traditionnel San Daniele del Friuli, leur fromage Montasio et leur plat de fromage Frico. D'autres plats typiques sont pitine (boulettes de viandes fumées), gibier et divers types de Gnocchi et polenta.

La majorité des plats régionaux de l'Est sont fortement influencés par les cuisines autrichienne, hongroise, slovène et croate : les plats typiques comprennent le ragoût d'Istrie (soupe de haricots, choucroute, pommes de terre, bacon et côtes levées), les saucisses viennoises, Goulache, čevapi, strudel aux pommes, gugelhupf. Le porc peut être épicé et est souvent préparé sur un foyer ouvert appelé un brumeux. Collio Goriziano, Friuli Isonzo, Colli Orientali del Friuli et Ramandolo sont des vins régionaux d'appellation d'origine contrôlée bien connus.

Mais les fruits de mer de l'Adriatique sont également utilisés dans cette région. Alors que la pêche au thon a décliné, les anchois du golfe de Trieste au large de Barcola (dans le dialecte local : "Sardoni barcolani") sont un mets spécial et recherché. [64] [65] [66]

Ligurie Modifier

La Ligurie est connue pour les herbes et les légumes (ainsi que les fruits de mer) dans sa cuisine. Les tartes salées sont populaires, mélangeant des légumes verts et des artichauts avec des fromages, du lait caillé et des œufs. Des oignons et de l'huile d'olive sont utilisés. Faute de terres propices au blé, les Ligures utilisent les pois chiches en farinata et à la polenta panissa. Le premier est servi nature ou garni d'oignons, d'artichauts, de saucisse, de fromage ou de jeunes anchois. [67] La ​​farinata est généralement cuite dans un four à bois, semblable aux pizzas du sud. De plus, le poisson frais est très présent dans la cuisine ligure. Bacca, ou morue salée, figure en bonne place comme source de protéines dans les régions côtières. Il est traditionnellement préparé dans une soupe.

Les districts vallonnés utilisent les châtaignes comme source de glucides. Les pâtes ligures comprennent corsets, typiquement estampillé de motifs traditionnels, de la vallée de Polcevera pansoti [il] , un ravioli de forme triangulaire rempli de légumes picagge, rubans de pâtes préparés avec une petite quantité d'œuf et servis avec une sauce aux artichauts ou Pesto ou quoi trenette, à base de farine de blé entier coupée en longues lanières et servie avec des haricots bouillis au pesto et des pommes de terre et trophique, en ligure Gnocchi à base de farine de grains entiers et de pommes de terre bouillies, en forme de spirale et souvent mélangés Pesto. [67] De nombreux Ligures ont émigré en Argentine à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, influençant la cuisine du pays (qui était autrement dominée par la viande et les produits laitiers que l'arrière-pays étroit de la Ligurie n'aurait pas permis). Le pesto, sauce à base de basilic et d'autres herbes, est typiquement ligure et figure en bonne place parmi les pâtes ligures.

Latium Modifier

Plats de pâtes à base de oreiller (Lard non fumé préparé avec de la bajoue ou des joues de porc) se trouvent souvent dans le Latium, comme les pâtes alla carbonara et pâtes all'amatriciana. Un autre plat de pâtes de la région est en colère, avec sauce tomate épicée. La cuisine régionale utilise largement les abats, ce qui donne des plats comme les entrailles rigatonis avec pyjata sauce et queue à la vaccinara. [68]

L'emblématique du Latium est le fromage au lait de brebis (Pecorino Romano), porchetta (rôti de porc désossé salé, gras et moelleux) et vin blanc Frascati. L'influence de l'ancienne communauté juive peut être remarquée dans la cuisine traditionnelle romaine artichauts alla giudia. [68]

Lombardie Modifier

La cuisine régionale de la Lombardie est fortement basée sur des ingrédients comme le maïs, le riz, le bœuf, le porc, le beurre et le saindoux. Les plats de riz sont très populaires dans cette région, souvent présents dans les soupes ainsi que Risotto. La version la plus connue est Risotto milanais [fr] , parfumé au safran. En raison de sa couleur jaune caractéristique, il est souvent appelé risotto jaune. Le plat est parfois servi avec Osso Buco (jarrets de veau tranchés braisés aux légumes, vin blanc et bouillon). [69]

Parmi les autres spécialités régionales, citons Escalope milanaise (une escalope de veau panée et frite semblable à l'escalope viennoise, mais cuite "avec os"), cassoeula (un plat typiquement hivernal préparé avec du chou et du porc), Moutarde (condiment riche à base de fruits confits et d'un sirop aromatisé à la moutarde), Valtellina's bresaola (bœuf salé séché à l'air), pizzoccheri (un ruban plat composé de 80 % de farine de sarrasin et de 20 % de farine de blé cuite avec des légumes verts, des pommes de terre en cubes et des morceaux de fromage Valtellina Casera), casoncelli (sorte de pâtes farcies, généralement garnies de beurre fondu et de sauge, typique de Brescia) et tortelli à la citrouille (un type de Ravioli avec une garniture à la citrouille, généralement garnie de beurre fondu et de sauge ou de tomate). [70]

Regional cheeses include Grana Padano, Gorgonzola, Crescenza, Robiola, and Taleggio (the plains of central and southern Lombardy allow intensive cattle farming). Polenta is common across the region. Regional desserts include the famous panettone (soft sweet bread with raisins and candied citron and orange chunks).

Marche Edit

On the coast of Marche, fish and seafood are produced. Inland, wild and domestic pigs are used for sausages and hams. These hams are not thinly sliced, but cut into bite-sized chunks. Suckling pig, chicken, and fish are often stuffed with rosemary or fennel fronds and garlic before being roasted or placed on the spit. [71]

Ascoli, Marche's southernmost province, is well known for olive ascolane [ it] , (stoned olives stuffed with several minced meats, egg, and Parmesan, then fried). [72] Another well-known Marche product are the Maccheroncini di Campofilone [ it] , from little town of Campofilone, a kind of hand-made pasta made only of hard grain flour and eggs, cut so thin that melts in one's mouth.

Piedmont Edit

Between the Alps and the Po valley, featuring a large number of different ecosystems, the Piedmont region offers the most refined and varied cuisine of the Italian peninsula. As a point of union between traditional Italian and French cuisine, Piedmont is the Italian region with the largest number of cheeses with protected geographical status and wines under DOC. It is also the region where both the Slow Food association and the most prestigious school of Italian cooking, the University of Gastronomic Sciences, were founded. [73]

Piedmont is a region where gathering nuts, mushrooms, and cardoons, as well as hunting and fishing, are commonplace. Truffles, garlic, seasonal vegetables, cheese, and rice feature in the cuisine. Wines from the Nebbiolo grape such as Barolo and Barbaresco are produced as well as wines from the Barbera grape, fine sparkling wines, and the sweet, lightly sparkling, Moscato d'Asti. The region is also famous for its Vermouth and Ratafia production. [73]

Castelmagno is a prized cheese of the region. Piedmont is also famous for the quality of its Carrù beef (particularly bue grasso, "fat ox"), hence the tradition of eating raw meat seasoned with garlic oil, lemon, and salt carpaccio Brasato al vino, wine stew made from marinated beef and boiled beef served with various sauces. [73]

The food most typical of the Piedmont tradition are the traditional agnolotti (pasta folded over with roast beef and vegetable stuffing), paniscia (a typical dish of Novara, a kind of risotto with Arborio rice or Maratelli rice, the typical kind of Saluggia beans, onion, Barbera wine, lard, salami, season vegetables, salt and pepper), taglierini (thinner version of tagliatelle), bagna cauda (sauce of garlic, anchovies, olive oil, and butter), and bicerin (hot drink made of coffee, chocolate, and whole milk). Piedmont is one of the Italian capitals of pastry and chocolate in particular, with products like Nutella, gianduiotto, and marron glacé that are famous worldwide. [73]

Sardinia Edit

Suckling pig and wild boar are roasted on the spit or boiled in stews of beans and vegetables, thickened with bread. Herbs such as mint and myrtle are widely used in the regional cuisine. Sardinia also has many special types of bread, made dry, which keeps longer than high-moisture breads. [74]

Also baked are carasau bread civraxu [ it] , coccoi a pitzus [ it] , a highly decorative bread, and pistocu [ it] made with flour and water only, originally meant for herders, but often served at home with tomatoes, basil, oregano, garlic, and a strong cheese. Rock lobster, scampi, squid, tuna, and sardines are the predominant seafoods. [74]

Casu marzu is a very strong cheese produced in Sardinia, but is of questionable legality due to hygiene concerns. [75]

Sicily Edit

Sicily shows traces of all the cultures which established themselves on the island over the last two millennia. Although its cuisine undoubtedly has a predominantly Italian base, Sicilian food also has Spanish, Greek and Arab influences. Dionysus is said to have introduced wine to the region: a trace of historical influence from Ancient Greece. [76]

The ancient Romans introduced lavish dishes based on goose. The Byzantines favored sweet and sour flavors and the Arabs brought sugar, citrus, rice, spinach, and saffron. The Normans and Hohenstaufens had a fondness for meat dishes. The Spanish introduced items from the New World including chocolate, maize, turkey, and tomatoes. [76]

Much of the island's cuisine encourages the use of fresh vegetables such as eggplant, peppers, and tomatoes, as well as fish such as tuna, sea bream, sea bass, cuttlefish, and swordfish. In Trapani, in the extreme western corner of the island, North African influences are clear in the use of various couscous based dishes, usually combined with fish. [77] Mint is used extensively in cooking unlike the rest of Italy.

Traditional specialties from Sicily include arancini (a form of deep-fried rice croquettes), pasta alla Norma, caponata, pani ca meusa, and a host of desserts and sweets such as cannoli, granita, and cassata. [78]

Typical of Sicily is Marsala, a red, fortified wine similar to Port and largely exported. [79] [80]

Trentino-Alto Adige Edit

Before the Council of Trent in the middle of the 16th century, the region was known for the simplicity of its peasant cuisine. When the prelates of the Catholic Church established there, they brought the art of fine cooking with them. Later, also influences from Venice and the Austrian Habsburg Empire came in. [81]

The Trentino subregion produces various types of sausages, polenta, yogurt, cheese, potato cake, funnel cake, and freshwater fish. In the Südtirol (Alto Adige) subregion, due to the German-speaking majority population, strong Austrian and Slavic influences prevail. The most renowned local product is traditional speck juniper-flavored ham which, as Speck Alto Adige, is regulated by the European Union under the protected geographical indication (PGI) status. Goulash, knödel, apple strudel, kaiserschmarrn, krapfen, rösti, spätzle, and rye bread are regular dishes, along with potatoes, dumpling, homemade sauerkraut, and lard. [81] The territory of Bolzano is also reputed for its Müller-Thurgau white wines.


St. Joseph Table Part 2: Pasta Milanese

In this second St. Joseph Table videos, Precious Blood Renewal Center Hospitality Director Lucia Ferrara shows us how to make Pasta Milanese, another traditional dish that graces St. Joseph Tables on that saint’s feast day, March 19.

The St. Joseph Table is an Italian-Catholic tradition, specifically a tradition from the island of Sicily, that dates back to the Middle Ages. The tradition tells us that the intercession to St. Joseph ended a severe drought and famine. The people remember this every year on March 19, the Feast of St. Joseph, by setting up communal tables laden with food to share with all in the community, especially with the poor.

Of the many special dishes associated with the St. Joseph Table, Pasta Milanese is a standout. Because St. Joseph’s feast day always falls during Lent, a time of fasting and penance for Catholics, the key ingredient in the sauce that tops spaghetti is anchovies.

Don’t let anchovies scare you away from this dish (It is also topped with specially seasoned bread crumbs).

Pasta Milanese for the St. Joseph Table

  • 1 sweet, white onion, chopped
  • 1/2 cup fresh parsley, chopped
  • 3-4 garlic cloves
  • 2, 3-oz cans of anchovies
  • 1 tsp each oregano & basil
  • 2, 15 oz cans tomato puree
  • 2-3 cauliflower florets (optional)
  • salt and pepper to taste

St. Joseph’s Sawdust (seasoned bread crumbs)

  • 15 oz can of breadcrumbs
  • ½ cup of parmesan cheese, grated
  • ¼ cup fresh parsley, chopped very fine
  • 1-2 garlic cloves, chopped very fine
  • 2 tbsp olive oil
  • ¼ cup pine nuts (optional)

Check out our other video in this Cooking & Spirituality series, in which Lucia is joined by Christen Cota, the pastoral associate at Holy Family Parish, in Kansas City, Missouri. Together they make for St. Joseph’s Table bread shaped like Joseph’s staff. Watch it here.

The recipe and video for the frittata recipe Lucia mentions can be found here.


Spaghetti / tjestenina sa umakom "Milanese"

Prvo potopite rajčice u vrelu vodu nekoliko minuta, dok isjeckate češnjak i slaninicu. Zatim rajčice polijte hladnom vodom i ogulite ih.

Na maslinovom ulju popržite slaninu, dodajte češnjak i odmah sklonite s vatre da luk ne izgori, da biste dodali rajčice isjeckane na kockice. Vratite na vatru i malo dinstajte, zatim dodajte pasiranu rajčicu, šećer i ostale začine. Promiješajte, poklopite i smanjite na najnižu temperaturu, da lagano krčka.

Za to vrijeme u velikom loncu zakuhajte vodu s malo ulja. Vodu posolite tek kada dobro ključa, te dodajte špagete i skuhajte ih “al dente” ( 7-8 min. ).

Procjedite ih a u istome loncu (na isključenoj, ali još toploj ploči) zagrijte na malo maslinovog ulja mrvice sa kockicama sira, pa špagete (koje niste isprali hladnom vodom) vratite u lonac i promješajte.

Prebacite u tople tanjure, prelijte umakom i pospite parmezanom

Naravno, možete koristiti i neku drugu tjesteninu, kao penne rigatte (na slici) ili slično.

Mi ovo uvjek jedemo uz zelenu salatu, endiviju ili radič, dobro začinjene accetom balsamicom!


un kg ceapa , 200 gr masline negre , 100 gr castraveti murati , 5 linguri cu ulei , o lingura otet de vin, o legatura patrunjel , sare , piper.

Se pun cepele necuratate pe o tava in cuptor si se coc circa o ora . Dupa ce s-au copt se lasa sa se raceasca , inainte de a fi curatate . Fiecare ceapa curatata se taie in jumatate si se aseaza pe platou . Se adauga castravetii taiati rondele si maslinele . Se prepara un sos din putina sare dizolvata in otet in care se integreaza picatura cu picatura uleiul , amestecand continuu . Se pipereaza dupa gust si se toarna peste ceapa . Patrunjelul tocat se presara peste ingredientele de pe platou

Incearca si aceasta reteta video


Step 5/6

  • 3 tbsp vegetable oil
  • 2 tbsp butter
  • frying pan
  • spatula

Heat vegetable oil in a frying pan over medium-high heat. Add butter and fry chicken cutlets for approx. 2 - 3 min., until crispy and golden brown. Transfer to paper towel and let drain.


Ce carne se foloseste la snitel de vitel?

De obicei scrie pe ambalaj: snitel. Sunt felii subtiri de carne slaba de la pulpa posterioara (pulpa de vitel) – nuca sau fricandou. Cu cat e vita mai batrana, cu atat sunt mai greu de mestecat :). Va dati seama si dupa culoarea carnii crude – daca e mai rozalie inseamna ca e mai tanara, daca e visinie, vanata, inseamna ca batrana. Totul e relativ.

Din cantitatile de mai jos rezulta 4 portii de snitel de vitel cu sos de rosii si paste – Piccata Milanese


Se caleste ceapa in putin ulei . Dupa aceea se adauga ciupercile bine scurse de zeama si apoi sunca din piept de curcan taiata in feliute subtiri. Intr-un bol se amesteca continutul plicului cu 2 cani de apa si pasta de tomate si oregano pentru un gust bogat. Acest sos se adauga peste ciupercile si sunca din piept de curcan calite. Si se mai lasa la fiert inca 15 minute la foc domol.

In alta oala se fierb spaghetele conform cu instructiunile de pe pachet. Dupa ce s-au fiert se trec prin jet de apa rece pentru a nu se lipi.

In farfurie se pun paste pentru o portie si peste ele se adauga sosul pregatit mai sus. Acest gen de paste asigura un pranz satios sau o cina foarte delicioasa. Pofta buna!


Aubergine Parmesan Milanese

Preheat the oven to 180°C/350°F/gas 4. Cut the skin off either side of the aubergine, then cut yourself four 1cm-thick slices lengthways (saving any offcuts for another day). Sprinkle the slices with sea salt, and spend a couple of minutes gently bashing and tenderizing them with a meat mallet or rolling pin. Take a piece of kitchen paper and dab off the liquid from both sides of the aubergine. Beat the eggs in a shallow bowl. Blitz the focaccia into fine crumbs in a food processor and pour on to a plate. Dip the aubergine slices in the egg, let any excess drip off, then dip each side in the crumbs. Fry in a large non-stick frying pan on a medium-high heat with 1 tablespoon of olive oil for 6 minutes, or until golden, turning halfway. Transfer to an oiled baking tray, finely grate over most of the Parmesan and pop into the oven.

Cook the spaghetti in a pan of boiling salted water according to the packet instructions. Wipe out the frying pan, returning it to a medium-high heat with ½ a tablespoon of oil. Peel, finely slice and add the garlic. Fry until lightly golden, pour in the tomatoes, then swirl a splash of water around the tomato tin and into the pan. Pick the baby basil leaves and put aside, tear the rest into the sauce, season to perfection, then leave to simmer on a low heat. Once cooked, use tongs to drag the spaghetti straight into the sauce, letting a little starchy cooking water go with it. Toss together, then divide between plates. Sit the aubergine on top, grate over the remaining Parmesan and finish with the baby basil leaves.

VEG BOOST
– Have a go at doing the same prep with slices of butternut squash, pumpkin, courgette or even a mixture. The more veg, the better.

EASY SWAPS
– I like to use rosemary focaccia for my breadcrumbs because it’s white and crunchy, and the rosemary and garlic will give your breadcrumbs extra flavour. Of course, you can use whatever bread you like, but the more exciting the bread, the more exciting the breadcrumbs.


What Ingredients are Needed for Veal Milanese

Veal Milanese is a super simple dish and requires only a handful of ingredients, most of which you probably have in your pantry or fridge:

  • Veal cutlets (these you most likely will have to buy fresh I used thin cutlets but feel free to use bone-in veal chops)
  • All-purpose Flour
  • Beaten Eggs
  • Italian Breadcrumbs
  • Clarified butter or cooking oil (traditionally these veal cutlets were fried in clarified butter, and if you happen to have it use it but if you don’t then you can easily fry them in your favorite cooking oil)
  • Salt & Pepper, to taste
  • Lemon wedges, to serve.


Video: Bolognai Spagetti Kovács Lázár módra + hogyan vágjunk késsel (Janvier 2022).